Salut à vous, visiteur ou visitrice

      Je réponds à votre clic et me présente par courtoisie.

      J'ai mis fin à 30 ans de carrière universitaire en 1999, toute entière consacrée à l'Université du Québec à Montréal, fondée en 1969. J'ai oeuvré surtout en formation des maîtres en raison de mon expérience antérieure d'enseignement au niveau secondaire et à l'école normale. En contrepartie d'une réelle sécurité d'emploi et d'un salaire décent, je n'ai guère resquillé sur le temps consacré à mes tâches d'enseignement aux trois cycles, à la recherche avec des projets régulièrement subventionnés et aux "services à la collectivité", notamment plusieurs années à la direction de mon département et de la Revue québécoise de linguistique. Mon engagement m'a conduit à accomplir le mandat de négociateur syndical à deux reprises ainsi que celui de membre élu à l'Assemblée des gouverneurs de l'Université du Québec (siège social) en tant que représentant du corps professoral. Cela résume l'essentiel d'un "good scholar", sans plus.

      Je n'exerce plus de professorat depuis 1999 mais n'en continue pas moins de me passionner pour tout ce qui a trait au langage. J'ai ainsi commis un ouvrage de syntaxe théorique publié en 2009 sur lequel j'ai travaillé pendant 20 ans. Cliquer sur l'onglet Publications. Je ne vous en voudrai pas si vous trouvez le pavé assez indigeste, même si vous êtes linguiste. J'admets volontiers que la discipline que je pratique depuis mon bac est un domaine d'études fort pointu qui, hélas !, a découragé plus d'un de mes étudiants. Mais bien d'autres m'ont aujourd'hui dépassé, pour ma plus grande fierté. J'ose espérer que l'ouvrage que j'ai entrepris depuis 6 ans sera plus convivial, ne serait-ce que par son propos. Pour plus de détails, cliquer sur l'onglet ci-haut L'origine du langage.

      Tout ce travail a fait de moi un septuagénaire avancé, mais encore lucide, qui ose maintenant s'octroyer le titre d'écrivain, à défaut d'être devenu musicien ou pilote de ligne. N'essayez de me faire jouer du piano en public : je n'ai pas le talent de ma mère. Renoncez aussi à me voir voler dans un espace aérien contrôlé. J'ai abandonné le pilotage de mon PA28-200 il y a déjà 2 ans, estimant que je n'étais plus au sommet de ma forme après 40 ans d'une merveilleuse expérience. Vieillir lentement mais le mieux possible n'empêche pas les rêves de s'évanouir dans le passé. J'ai aussi le privilège de vivre en banlieue, en milieu semi-agricole, entouré d'arbres majestueux, à deux pas d'une rivière. La belle saison me délivre de l'écriture car je m'adonne intensément au jardinage. Ma femme et moi adorons les fleurs pour la vie qu'elles attirent, notamment des papillons monarque et grand porte-queue, ainsi que des colibris, cardinals, geais, pics, balbuzards, etc. Quand je suis en congé de rénovation - de mon père, j'ai hérité un bon sens du bricolage - j'entretiens un bassin et sa cascade pour ses plantes aquatiques et sa faune : poissons koï et comet, batraciens et libellules. La vie de plein air est une de nos priorités et c'est la raison pour laquelle nous pratiquons le camping dans notre confortable roulotte de 7 mètres. L'Amérique du nord est ainsi devenue notre terrain de découvertes. Aussi les coups durs subis au cours ma vie (tout le monde en a...) me font-ils apprécier chaque instant présent avec beaucoup de ferveur. Mais je ne saurai envisager le dernier droit sans me savoir épaulé par celle qui est mon épouse, une perle de féminité toute en profondeur, et que j'appelle mon Ange-gardien.  Seule ombre au tableau : vivre loin de ma fille, l'enfant que le destin m'a laissé, de son mari et de mes deux petites-filles, déjà si adolescentes !

Puissiez-vous continuer votre visite en glanant dans ce site quelque trouvaille à votre agrément  !

En cliquant sur l'onglet MES PUBLICATIONS, prenez connaissance de mes travaux relatifs à :

* Certains phénomènes de syntaxe du français, notamment le cas particulier de l'infinitif :

* Certains phénomènes de morphologie du
français
et des langues romanes, notamment
ce qu'il est convenu d'appeler la formation des mots par composition ;

* Comment s'est déroulée la francisation des premiers colons de la Nouvelle-France au début de son peuplement, un processus qui tient du choc des patois ;

* L'emploi du genre dans le parler québécois, qui est gouverné par une morphosyntaxe typiquement dialectale ;

* Le problème de la norme québécoise en regard d'une convergence de faits affectant la structure de l'oralité des francophones ;

* La démographie sociolinguistique du Québec ;

* Une réflexion critique sur le modèle en vigueur en Grammaire générative et l'épistémologie qui en sous-tend la théorie;