Cette question est au coeur d'un ouvrage à paraître bientôt. Son titre :

L'INSTINCT DU SENS. ESSAI SUR LA "NAISSENS" DE LA PAROLE.

Synopsis :

Beaucoup d'explications ont été proposées comme réponse à cette question... Mais rares sont celles qui sont cohérentes avec une explication darwinienne de l'évolution de l'espèce Homo. En fait, la question doit être abordée à l'envers : Pourquoi une espèce évoluée de primate, vivant il y plus de 2.5 millions d'années, a-t-elle perdu son langage animal (système de signaux oralisés) pour le remplacer par la parole (système de symboles articulés) ? La réponse que je préconise vous semblera évidente : Parce que le sens a investi le fonctionnement de l'esprit-cerveau de nos ancêtres. Le sens est devenu l'instinct de l'Homo sapiens grâce auquel il a construit le langage de sa pensée. Comment cela est-il arrivé ? Par exaptation et régression. Le conduit vocal a vu sa fonction première -- consistant à vociférer des cris et des bruits -- réaffectée à l'articulation d'images acoustiques (Signifiant). Celles-ci ont d'abord été encodées avec du sens référentiel, puis graduellement engrammées pour du Signifié au fur et à mesure que l'encéphale augmentait son volume en faveur de nos diverses mémoires. Un lexique suffisamment riche aura permis que s'élabore un système phonétique archaïque à la base d'un proto-langage. Des centaines de milliers d'années ont entraînél'usure des mots, donnant ainsi naissance à la morphologie. Le développement des catégories conceptuelles a finalement permis d'optimiser l'agencement des morphèmes grâce au développement de la syntaxe. Tout cela ne serait pas arrivé si l'adaptation à la bipédie ambulante n'avait profondément modifié l'anatomie de notre espèce et si l'instinct de la communication n'était pas inscrit dans nos gènes. Grâce à l'offre d'une phonation de mieux en mieux maîtrisée et d'une demande "addictive" de sens, la fonction externalisante de la communication a provoqué l'émergence des multiples applications de la parole qui sont à l'origine de la diversité des quelque 6 000 langues parlées par les humains d'aujourd'hui. Voilà pour le scoop de la "naissens" de la parole.